Santé

Le territoire montois subit une baisse structurelle du nombre de médecins généralistes et spécialistes. La médecine de ville ne bénéficie presque plus à ce jour de gardes régulières la nuit et le weekend. Cette difficulté entraîne une sur-fréquentation des urgences de l’Hôpital Layné, une part importante des consultations aux urgences pouvant être prises en charge par la médecine générale « de ville ». 

A ce jour, moins de 20 médecins généralistes environ assurent des consultations régulières en cabinet médical de ville, contre plus de 30 médecins il y a encore quelques années. Parmi ces médecins, certains sont âgés mais poursuivent leur activité. Cette situation n’est pas pérenne. 

Outre la médecine générale, l’offre globale de soins s’est dégradée et les délais d’obtention de rendez-vous en médecine spécialisée sont de plus en plus longs. Cela concerne la gynécologie, l’ophtalmologie, ainsi que de nombreuses autres spécialités médicales.

Les solutions proposées comme le centre médical « Le Phare » situé au Peyrouat ou le centre d’ophtalmologie de l’Hôpital apportent un début de réponse à ces problématiques mais restent insuffisantes pour enrayer le phénomène de désertification médicale de Mont-de-Marsan.

Par ailleurs, les associations et fédérations de malade, de familles et d’aidants manquent de bénévoles et de lieux d’accueil à Mont-de-Marsan. L’exemple récent de la Ligue contre le cancer est révélateur des difficultés réelles rencontrées par ces associations.

Enfin, des études démontrent un vieillissement constant de la population montoise sur les dix prochaines années. Les plus de 75 ans notamment passeront entre 2019 et 2033 de 4000 personnes environ à 5620. Le glissement est important.

En parallèle, sur le territoire montois, les chiffres montrent que plus de 45% des personnes de plus 80 ans vivent seules à domicile. Ce chiffre s’élève à 22% pour les 60-64 ans, 18% pour les 65-69 ans, 25% pour les 70-74 ans et 29% pour les 75-79 ans. Ainsi, l’isolement des aînés à Mont-de-Marsan pose question.

L’isolement des aînés à Mont-de-Marsan pose question


Pour enrayer ces phénomènes, il faut créer les conditions favorables à l’installation de médecins généralistes, spécialistes et de paramédicaux via la création de structures médicales leur procurant un soutien foncier, administratif et logistique. 

Ainsi, nous créerons un Pôle pluridisciplinaire de santé à Mont-de-Marsan, permettant d’associer des médecins généralistes, spécialistes et les autres professionnels de santé. Le mode d’exercice sera libéral ou salarié, au choix des professionnels de santé. Ce projet se fera en lien avec l’ARS, les Organismes de Sécurité Sociale et l’Hôpital.

Un soutien à la transmission et reprise des activités en cas de départ à la retraite d’un professionnel de santé sera également proposé afin d’assurer la continuité des prises en charge des patients.

En parallèle, nous constatons que l’accompagnement des malades, des familles et des aidants est trop morcelé. Des initiatives nombreuses mais isolées et le manque de soutien de la puissance publique rendent la tâche des associations intervenant dans ce domaine très difficile. 

Ainsi, nous créerons une Maison des associations de santé. Ce lieu apportera des réponses aux personnes faisant face à la maladie ou cherchant à s’insérer dans un parcours de soins. Des bénévoles, anciens malades ou professionnels de santé, pourront y délivrer des conseils. Ce sera un espace d’écoute et d’accueil où les associations pourront militer ensemble pour améliorer la vie des malades, de leurs familles et des aidants. 

Nous voulons 

1 – Création d’un Pôle pluridisciplinaire de santé comprenant plusieurs professionnels de santé (médecine générale, spécialisée, paramédicaux). 

2 – Création d’une Maison des associations de santé, lieu d’écoute pour les associations d’aidants, de malades et de familles

3 – Proposition de création d’un nouvel EHPAD pour faire face au vieillissement de la population

4 – Renforcement du dispositif public d’aide au maintien à domicile des personnes âgées.